Histoire

La forteresse Königstein témoigne de façon unique de l’architecture fortifiée européenne. Cet imposant ensemble d’édifices  de style gothique flamboyant, baroque et 19ème siècle est le fruit de son histoire de plus de 750 ans.

Le musée

2000

La forteresse est devenue une société d’exploitation et depuis 2003 est une SARL d’utilité publique.

1991

La forteresse Königstein devint propriété du Land de Saxe (Staatlicher Schlossbetrieb).

1955

La forteresse de 9,5 ha, transformée en musée de plein air de l’histoire militaire, est ouverte au public.

19ème et 20ème siècles

1949

La forteresse sert de maison de redressement pour les jeunes délinquants de l’après-guerre et les jeunes opposants au régime, qui y sont rééduqués et formés.

1945

Les forces d’occupation commandèrent les prisonniers de guerre français. Plus tard, le camp de prisonniers fut évacué par une unité spéciale américaine, et la forteresse fut occupée par l’Armée Rouge qui aménagea un hôpital militaire dans la forteresse.

1942

Le général français Henri Giraud parvient à s’échapper du camp de prisonniers des officiers.

1939

D’abord camp de prisonniers militaires polonais puis, plus tard de généraux et officiers français.

1921

Création d’un sanatorium de l’armée du Reich.

1914

Camp de prisonniers de guerre  pour les officiers et soldats russes et français.

1913

Le poste de commandant est supprimé au sein du conseil militaire. Königstein perd sa fonction de forteresse.

1871

Après la fondation du Reich, Königstein est la seule forteresse saxonne à être intégrée dans le système fortifié pangermanique et reçoit à nouveau une garnison saxonne.

1870

Pendant la guerre franco-allemande, la forteresse sert pour la première fois de camp de prisonniers de guerre.

1866

Après la défaite de la Saxe pendant la guerre entre la Prusse et l’Autriche, Königstein passe sous les ordres d’un commandant prussien et de sa garnison, prussienne elle aussi.

1849

Pendant la révolte de mai de Dresde, la forteresse sert à nouveau de refuge à la famille du Roi de Saxe. Après la répression de la révolte, les révolutionnaires arrêtés sont emprisonnés à la forteresse.

1848

La forteresse n’est assaillie que par le ramoneur Sébastien Abratzky.

Napoléon

1815

A la suite du Congrès de Vienne, la Saxe doit renoncer à une part importante de son territoire et ne garde que Königstein comme forteresse nationale.

1813

La forteresse s’inspire de Napoléon.

1806

La Saxe devient royaume par la grâce de Napoléon. Königstein est forteresse de la Fédération de Rhénanie.

L’époque d’Auguste

1756

Au début de la guerre de sept ans (1756-63), l’armée saxonne est prisonnière sur le plateau au pied du mont Lilienstein. L’Électeur et sa cour se réfugient dans la forteresse Königstein, déclarée zone neutre.

1728

Visite du roi soldat Frédéric Guillaume Ier de Prusse et de son fils, le prince héritier Frédéric (plus tard Roi Frédéric II ).

1725

Auguste Le Fort ordonne la construction du plus grand tonneau à vin  de Königstein (238.000 litres), qui reste dans la cave du Château fort Magdalenenburg jusqu’en 1818. Il remporte ainsi la course pour la construction du plus grand tonneau à vin contre l’Électeur du Palatinat (le tonneau de ce dernier se trouve aujourd’hui encore au château de Heidelberg).

1712

Seconde visite du Tsar Pierre Ier.

1698

Première visite du Tsar de Russie.

La prison d’État

jusqu’en 1922

Parmi les prisonniers figurent d’autres personnalités célèbres:
Johann Friedrich Böttger, l’inventeur de la porcelaine en Europe (1706/07),
le révolutionnaire russe  Michail Bakunin (1849) ou
le social-démocrate  August Bebel (1874)
Jusqu’en 1922, la forteresse est la prison d’État la plus redoutée de Saxe.

1591

Le chancelier Dr. Nikolaus Krell est le premier prisonnier d’État enfermé à la forteresse.

Développement de la forteresse

1589

L’Électeur Christian Ier ordonne la transformation de l’ouvrage en forteresse nationale. Jusqu’en 1594, on construit entre autres la maison de la porte, l’ouvrage de défense par balayage, la vieille caserne, le Château fort Christian (Château fort Frédéric) et le Vieil arsenal. Au cours des siècles suivants, les ouvrages de défense sont constamment modernisés afin de rebuter tout agresseur. En raison de l’invincibilité de la forteresse, les maîtres de Saxe cherchent refuge derrière les épaisses murailles  en des temps agités et y conservent leurs précieux objets d’art et le trésor d’État. Königstein, située dans un environnement privilégié, est un lieu d’excursion et de festivité apprécié de la Cour.

Le couvent

1563

Sur ordre de l’Électeur Auguste, les mineurs, dirigés par le maître Martin Planer de Freiberg, creusent un puits de 152,5 m, le plus profond de Saxe, qui assure l’approvisionnement en eau, importante prémisse à la construction de la forteresse.

1516

Douze moines célestins et un prieur emménagent dans le « couvent de la sanctification des miracles de la vierge », fondé par le Duc George le Barbu sur le rocher Königstein. Le couvent persiste jusqu’en 1524.

La forteresse du Moyen Age

1459

Le traité d’Eger (Cheb) scelle juridiquement cette appartenance.

1406/ 1408

Pendant les querelles de Dohna, la forteresse passe aux mains de la dynastie saxonne des Wettiner.

1241

La première mention complète du "lapis regis" (rocher du roi) apparaît dans un acte frontalier de la Haute Lusace de Wenzel 1er en 1241. A cette époque, un château fort moyenâgeux propriété du royaume de Bohème existe sur le plateau rocheux.

1233

En 1233, un certain "Burggraf Gebhard vom Stein" est nommé dans un document du roi de Bohème Wenzel 1er (l'écrit le plus ancien mentionnant un château fort sur le Königstein).